Mon logo

Mon logo

10 mars 2014

Baie de Somme, côté plage


Un grand besoin de changer d'air.
Départ le 5 et retour le 8 mars. Destination : Quend Plage Les Pins (Baie de Somme), dans le Domaine de la Dune Fleurie. Ce camping est immense et bien équipé. Forfait camping car : 15 € / j, 2 € pour le chien. Ouvert toute l'année. Bon accueil.
Le temps fut favorable, frais et ensoleillé.

03 février 2014

Sud de la France, d'ouest en est et en travers

Préambule : pour rédiger ce deuxième billet de 2013, je me suis basé sur le carnet de route que mon épouse a rédigé, complété au fur et à mesure de notre voyage. Heureusement, car sans ce carnet, j'aurais été incapable de me remémorer les détails de notre périple. Sans plus attendre (6 mois de retard suffisent) et comme souligné dans l'image d'accueil de ce blog : "Bienvenue à bord. Détachez vos ceintures, on s'évade".


Notre itinéraire de chez nous jusque Langres



Lundi, 8 juillet 2013.  (Temps ensoleillé, chaud)

Départ vers 10 h en direction de Blaye (près de Bordeaux) rejoindre nos enfants et leur déposer une remorque à bagages. Nous décidons d'éviter Paris, par l'est, et de faire ce trajet en deux étapes. Un peu par hasard, nous faisons escale au camping municipal de Toury, charmant petit village fleuri qui entoure une belle église du 12ème siècle. Nous y passons la nuit au calme. Le camping est petit avec quelques beaux emplacements et des sanitaires convenables. L'arrêté municipal fixe le prix de l'emplacement à 7 €, qu'un préposé doit venir percevoir. Nous l'attendrons en vain...


Mardi, 9 juillet. (Temps ensoleillé, chaud)

Nous reprenons la route vers 10h, et par autoroutes, nous atteignons la camping municipal de la citadelle de Blaye (dans la citadelle même) où les enfants nous ont réservé un emplacement la semaine précédente. 
La préposée du camping nous prévient qu'il va y avoir beaucoup de passage et de bruit car, pour le jumping international qui se tient dans les douves de la citadelle, une grande partie du camping a été réservée à la dernière minute et en plus une salle du camping servira de discothèque avec animation jusque 5 heures du matin et cela à partir du 11 juillet jusqu'au 13 juillet inclus. Nous décidons quand même de nous y installer.  Prix par journée ttc 12,50€. Ce camp est très bien équipé en emplacements. Les sanitaires sont situés dans la citadelle et sont très bien équipés, comme dans une caserne j'imagine :-)

Mercredi, 10 juillet. (Temps idem)
Visite de la citadelle  qui était une des parties du verrou installé sur la Gironde pour défendre l'entrée  de Bordeaux . Fortifications superbement conservées .
Des petits artisans y sont installés ainsi que quelques restaurants . Nous prenons les repas de midi et du soir dans une crêperie de l'endroit " Le Bastion"  qui sert aussi d'aussi d'autres formules de repas. Bien mangé.
De retour au camp, nous constatons que notre chien s'est évadé (au moins une fois chaque année) en provoquant de légers dégâts pour sortir du camion :-( 
Les disc jockeys, nos voisins, nous signalent à nouveau que ça va faire du bruit à partir du 11 juillet (jour et nuit). Nous décidons alors de lever le camps le lendemain. Nuit calme.

Jeudi, 11 juillet. (Très beau temps)
Partis cette fois à 10h30 , nous nous glissons (pas facile) entre les visiteurs qui envahissent le coin pour assister au jumping et nous prenons le chemin des écoliers à travers les nombreux vignobles de la région, aux noms prestigieux vers Bergerac... 

    A partir d'ici, je laisse la parole à mon épouse Paule (moi c'est Jean) qui va sans aucun doute vous immerger totalement dans ce voyage mémorable et vous faire peut-être saliver ;-) 

"Nous arrivons vers 15 h30 au camping municipal "La Pelouse" de Bergerac . Prix ttc à la journée 19,75 € dont 1,45€ pour le chien.
Un emplacement au bord de la Dordogne , bien ombragé, nous est alloué avec vue au loin sur le vieux Bergerac. Nombreux sanitaires bien entretenus.
Le temps est toujours très chaud, plus de 30 degrés à l'ombre mais l'emplacement, le long de la rivière rend cette chaleur très acceptable.
Fin d'après midi , nous avons découvert une partie de la vieille ville de Bergerac et, installés sur une terrasse , nous avons savouré ......une Stella et une Leffe ruby ! Seules bières pression de cet endroit ! L'accueil, la fraîcheur du lieu et une certaine fatigue nous y a fait rester pour prendre le repas du soir . Restaurant  "L'Omelettaria" où nous avons très (trop) bien mangé (menu à 25 , entrée plat fromage dessert,  copieux).
Accès très facile à la vieille ville au départ du camping par un sentier longeant la Dordogne.
En fait, le camping se trouve en face de la vieille ville, séparé par la Dordogne et caché par une petite ile.
Autre essai le lendemain mais gastronomique cette fois,  "La table du marché couvert", Place du marche couvert. Là, c'est une autre catégorie (nettement plus cher). Cuisine très fine avec beaucoup de recherche et belle présentation, le tout accompagné d'un petit Bergerac rosé. Impeccable ! (Menu 36 Mise en bouche, entrée, plat, dessert ou fromage) .
Le dimanche 14, nous avons aussi eu l´occasion de prendre le menu du jour dans une grande brasserie (entrée plat verre de vin = 11 ) où nous avons mangé à notre faim.
Pendant notre séjour, nous avons découvert quelques endroits à vélo mais l'essentiel a été consacré au repos . Il faut dire que le cadre y était propice.
Nous avons terminé ce séjour en apothéose, par un feu d'artifice musical tiré depuis l'île qui nous séparait de la ville, quasi dans notre jardin. À déconseiller aux chiens sensibles.

Lundi 15 juillet, 10 h30, départ pour notre prochaine étape : Sarlat à 70 kms. Nous passons encore une fois par de très belles régions où les châteaux médiévaux se succèdent .
Nous sommes arrivés un peu après midi au Camping " Le rivaux " qui se situe à environ 3km au nord de Sarlat sur la route de Perigueux Les Eysies.
Superbes emplacements individuels bien séparés par des haies et pour la plupart bien ombragés par de grands arbres. Camping très bien entretenu et fleuri, très vaste . Les sanitaires à l'entrée du camp  sont assez vétustes et peu nombreux , mais 2 autres blocs plus modernes se trouvent encore à disposition dans le camping. Prix par journée : 14,24 ttc
Nous sommes dans le Périgord, le pays du foie gras , du canard et de l'oie ! Ces derniers se retrouvent dans tous les menus de tous les restaurants.
Sarlat est dévolue au foie gras !
La propriétaire du camping nous a conseillés, pour nous restaurer,  une ferme-auberge , ferme d'élevage d'oies et de canards, qui produit et cuisine ces propres produits. Cette ferme auberge est située à +\- 8 kms du camping  et nous nous y sommes rendus à vélo (merci aux vélos électriques car si il y a de grandes descentes , les montées ne sont pas mal !).
L'endroit est très agréable, les oies se promènent dans des champs de part et d'autre.
Le foie gras poêlé comme mi cuit est extra mais c'est un comble , les portions sont trop importantes et l'entrée à elle seule aurait amplement suffi ( foie gras poêlé pour lui, foie gras mi cuit pour moi , le tout agrémenté de pain grillé, gâteau au noix, pain d'épice  maison). Le prix défie toute concurrence surtout pour la qualité et la quantité ( menu 29   entrée plat fromage dessert )
Il s'agit de la ferme auberge le Brusquand , Auberge du Bonheur, à Marquay.

Mardi 16 juillet, visite de la ville médiévale de Sarlat, toujours sous une forte chaleur. Très belle petite ville très touristique où " foie gras " est le maître mot de la plupart des commerces.
Nous avons pris notre repas au restaurant "le Présidial" sis dans l'ancienne demeure qui fut le siège de la Justice Royale aux 17e et 18 e siècle . Le repas était servi dans le jardin . Doit-on vous dire que l'on a très bien mangé ? Par contre, trop de canard tue le canard et mon mari refuse à partir d'aujourd'hui et jusqu'à une date indéterminée d'encore manger tout ce qui est issu de cet animal ! Moi, je n'en suis pas encore lassée. (Menu à 19 entrée/plat/ dessert).

mercredi 17 juillet, 11 h 30, après  un petit  détour d'une heure par le Carrefour market de Sarlat, en route pour Corrèze, en Corrèze, dans le Limousin, à 104 kms.
Le temps est toujours beau et chaud mais de l'orage est annoncé pour la soirée.
Toujours de superbes paysages que nous prenons le temps de découvrir en empruntant les départementales .
Nous arrivons à 13h30 à Corrèze , au camping municipal de la Chapelle. Ce camping très bien aménagé aussi se décline en 3 zones situées de part et d'autre de la rivière " la Corrèze". Il est équipé de sanitaires modernes en suffisance. La zone B est la plus accueillante car ombragée par de grands arbres mais nous n'osons nous y risquer car le pont qui y mène ne semble pas bien costaud ( plus tard la préposée nous confirmera que des campings car plus grands que le nôtre s'y engagent sans problème mais sans savoir néanmoins quel poids il peut supporter) ; la A , bien ombragée aussi dispose d'emplacements plus petits et la C où se trouvent 3 mobil-homes est celle que nous choisissons par facilité , ombragée principalement le matin . Comme les emplacements ne sont pas délimités par des haies et que nous sommes les seuls dans cette zone, nous avons l'impression d'être dans un immense jardin ou un parc, avec la rivière qui coule en contrebas en prime. Le pied! Prix par journée défiant toute concurrence : 8,40 ttc.
Aucun orage à signaler.

Jeudi 18 juillet, nous explorons un peu le pays à vélo, très vallonné , champêtre et boisé et nous visitons Corrèze, petit village médiéval, mais nettement moins typique que Sarlat et surtout beaucoup plus petit, situé à une altitude de 400 m.
Nous prenons le menu du jour dans un des restaurants ( il y en a 2) " le pêcheur de lune " pour 13,50 ( entrée, plat, fromage, dessert). Petit bémol, à l'addition, on nous avait facturé le menus à 18 ( nous avions opté directement pour le menu du jour sans voir la carte donc nous n'étions pas au courant du prix mais j'avais entendu ce que d'autres consommateurs avaient payé pour le même menu ! Remboursement fut opéré !)
Le temps est à l'orage mais à part quelques grondements et 3 gouttes de pluie , rien pour l'instant. La température avait aussi bien baissé cette nuit (17°) et s'élève maintenant à 15h25 à 21° à l'ombre ce qui nous change des 30° enregistrés les jours précédents .

Vendredi 19 juillet,
Jean s'est réveillé avec de fortes douleur dans l'épaule ! Humidité? Froid en lisant dehors? Faux mouvement?
 11 h , nous quittons Corrèze en direction de Thiezac en Auvergne (Cantal). 124 kms mais le GPS nous annonçant des problèmes de circulation, nous prenons l'itinéraire alternatif proposé qui affiche 154 kms. Inutile de dire que nous traversons à nouveau des contrées de toute beauté avec de plus en plus de relief.  Nous arrivons à l'ex camping municipal de la Bedisse (devenu privé depuis 2 ans et tenu par  un sympathique couple de bretons, elle de Quimper et lui de Brest)  à 13h45, altitude 800 m.(17€ ttc) Comme la réception est fermée jusque 15h, nous respectons les consignes qui demandent de téléphoner sur un GSM pour avertir de notre présence avant de nous engager sur le camping. La propriétaire  nous répond aussitôt et vient nous accueillir très gentiment. Après les formalités d'usage et nous avoir montré toutes les commodités du camping, elle nous invite à choisir notre emplacement et à nous installer à l'endroit qui nous convient. Les emplacements sont grands, ombragés pour la plupart et à nouveau le camping s'organise en 2 zones de part et d'autre d'un petit cours d'eau. Nous sommes aussi frappés par l'extrême propreté qui règne dans le camp notamment au niveau des sanitaires.
Après nous être fiés à notre boussole, nous choisissons un emplacement ensoleillé mais qui sera à l'ombre dans l'après-midi au bord de la rivière. Nous sommes entourés par les massifs auvergnats, très beau paysage !
Le soir, super grimpette de 400 mètres par un sentier aménagé au départ du camping pour arriver à la rue principale du village. Nous ne le suivons pas jusqu'à son terme nous fiant aux indications d'une gamine et nous débouchons sur la rue où nous ne voyons aucune indication quant à l'un ou l'autre resto. Finalement sur la droite, je vois au loin un hôtel restaurant sur lequel j'avais vu quelques commentaires sur internet . Hôtel restaurant " Le Casteltinet". Nous y allons mais, à l'extérieur,  il est indiqué que l'hôtel ne fait que demi pension et que pour pouvoir avoir accès au restaurant il faut avoir effectué une réservation avant midi. Le patron nous confirme la chose mais nous propose néanmoins de nous servir le menu prévu pour les pensionnaires ce que nous acceptons immédiatement ( nous n'avions aucune indication sur un quelconque autre restaurant).
Nous prenons une bière, une Leffe, comme il se doit (!) sur la terrasse qui offre une vue superbe sur les reliefs environnants puis passons à table. Accueil très chaleureux des patrons avec profusion d'indications sur la région et les lieux à visiter. Par contre, rien de très particulier comme cuisine pour un prix relativement élevé pour la France (moules en entrée mais qui devaient avoir été précuites car elles n'avaient pas le moelleux des moules fraîchement cuites, bœuf bourguignon, 2 fines tranches de fromage régional , tarte aux Myrtilles, 22. )  Mais nous avions faim et le plat principal nous a semblé bon.
Après ce repas , nous nous sommes promenés le long de la rue principale et avons découvert qu'en fait , si nous avions suivi le sentier menant du camping jusqu'au bout, il nous amenait au centre du village où se situaient toutes les indications. J'ai aussi repéré la boulangerie et nous avons réservé une table pour le lendemain soir dans un autre resto.
Temps très agréable, toujours pas d'orage. Nuit fraîche plus propice au repos.


Samedi 20 juillet, promenade avec le chien jusqu'à la boulangerie. Ensuite comme l'emplacement  contigu, plus ombragé, s'était libéré tôt le matin, nous nous y sommes installés avant de petit déjeuner au bord de la rivière.
Vers  midi, ciel plus nuageux.
Nous partons faire un peu de vélo . D'abord un sentier repéré carrossable qui mène à la ville voisine située à 8 kms. Il s'avère vite que ce sentier est destiné aux piétons ou aux VTT ce que ne sont pas nos vélos. Demi tour. Nous montons alors par de petites routes vers des hameaux proches. Quand, patatras, en voulant mettre plus d'intensité électrique, je me trompe et coupe le moteur en pleine montée. J'essaie de récupérer le coup mais 25 kgs de vélo + moi , en montée, relancer le vélo est impossible si bien que je me retrouve sous le vélo, sur le bitume  après m'être retourné 2 doigts de pied au passage. Peau arrachée à un orteil, plaies sans gravité au genou et au coude mais surtout fortes douleur dans ces 2  orteils. Jean, prévoyant , connaissant ma propension à tâter le macadam , sort la trousse de secours qu'il avait prévue. Désinfection + pansement où ça saigne et retour au camping.
Mal aux orteils dont un gonfle . Jean s'enquiert du numéro d'un médecin auprès de la propriétaire  du camping, toujours aussi charmante et décide de le faire venir ( le village où  il habite n'est pas accessible en camping car). En attendant, le pied dans une bassine d'eau froide ! Probablement un dérangement pour rien !
16h30 arrivée du médecin qui confirme que rien n'est cassé et qu'il doit s'agir d'une entorse du doigt de pied. De toute façon, il n'y a rien à faire si ce n'est attacher les 2 doigts ensemble pour que l'un puisse servir d'attelle à l'autre.(54,70)
Je sais marcher , c'est le principal et à 19 h, nous reprenons doucement la grimpette pour rejoindre le village en direction du resto réservé la veille qui est aussi un hôtel, "l'Elanceze".Très bon accueil, cuisine simple et généreuse (17 charcuterie ou potage, truite avec truffade -sorte de purée au fromage-, plateau de fromage, dessert) .
Douleur dans la jambe , suite à la chute, pour descendre jusqu'au camping.

Dimanche 21 juillet, le temps est toujours au beau fixe. Le camping et la région nous plaisant vraiment beaucoup nous y resterons 2 jours supplémentaires . Je revois donc notre itinéraire , supprime 2 étapes et en ajoute une  pour une meilleure répartition des kms. Notre prochaine étape sera Coucouron au début de l'Ardèche à 168 kms.
Nous avons à nouveau l'impression d'être dans un grand parc, très bien entretenu. Les préposés n'arrêtent pas d'entretenir et les emplacements et les sanitaires. Ce doit être le camping le plus soigné que nous ayons vu, d'une propreté sans égal. Les résidents sont  aussi très calmes, ce qui ne gâche rien.
Petite promenade matinale par la grimpette pour aller chercher le pain puis déjeuner au bord de la rivière sous le soleil filtré par les grands arbres. LE PIED! ( et je sais de quoi je parle :-) )

Et Yuli, notre cher Beagle, dans tout ça ? Et bien , à part, le court moment, maximum 3 heures, où nous le laissons seul , en cage, dans le camping car, il est aux anges ! Enfin, il en donne l'impression . Promenades le matin, le soir, trempette régulière dans les différentes rivières pour se rafraîchir puis summum , il nous accompagne le soir,  quand nous allons au resto .
 Nous veillons donc à ne le laisser seul qu'une fois sur la journée.
Cela nous a d'ailleurs valu des commentaires à Sarlat, où , comme d'habitude, une fois dans la cage, il ne songe qu'à en sortir et se démène comme un beau diable pour avoir une cage qui a bien du mal à résister . Là, une "brave" dame, a donc entendu le bruit de la cage sur laquelle s'acharnait Yuli, est venue voir à la fenêtre du camping car, horrifiée, a vu une pauvre bête en cage, malheureuse, l'a signalé à la propriétaire du camping. C'était un soir , nous étions partis à l'auberge des oies à 8 kms en vélo sans pouvoir prendre Yuli .
Le lendemain, nous repartons à 11 h , faire la visite de Sarlat à 3kms . Jean rentre plus vite que moi pour ne pas laisser le chien trop longtemps seul . Un peu plus tard dans l'après-midi, la propriétaire du camping vient nous dire que notre charmante voisine lui a signalé que nous avions une nouvelle fois laissé notre pauvre chien seul, toujours en cage (elle avait vérifié ). Le bruit ne la dérangeait pas mais bien notre cruauté ( cela a été sous entendu )! Le camping car était à l'ombre , toutes fenêtres ouvertes avec un ventilateur en direction du chien. Nous avons donc expliqué le problème de Yuli à la tenancière qui nous a dit de ne pas nous en faire mais qui préférait nous prévenir. Et que la voisine avait vu dans le règlement du camping que les animaux ne pouvaient rester seuls.
Nous voilà donc devenus, nous, les étrangers,  des Belges en plus, tortionnaires....alors que Yuyu nous mène à la baguette et dicte nos étapes et arrêts !
Nous retournons au resto de la vieille , le plat principal du menu à 17 a changé ( cotes d'agneau / pâtes ). Nous y faisons aussi bonne chair que la veille,  nous décidons donc d'y revenir demain et réservons notre table :-)

Lundi 22 juillet , temps au beau fixe très chaud, repos, lecture à l'ombre avec un léger souffle d'air qui rafraîchit et le doux murmure de la rivière " La Cère" dans laquelle jouent quelques enfants ... Les vacances quoi  ! Notre dernière journée à Thiezac avant d'autres belles découvertes , nous l'espérons.

Mardi 23 juillet.  Départ de Thiezac vers 10 h30 avec un peu de regret car nous nous y sentions vraiment bien.
Nous laissons l'Auvergne sur le côté pour nous diriger vers le début de l'Ardeche après avoir fait quelques provisions.
Nous arrivons vers 15 h à Coucouron avec un ciel d'orage et quelques pluies. Le camping municipal est complet, plus que complet et nous ne cherchons pas à y trouver un emplacement car le cadre ne nous plait guère . Trop de bric et de broc ! Le fait qu'un plan d'eau soit accessible non loin est certainement une raison du succès de ce camping qui sinon n'est guère attrayant.
Recherche d'un autre camping dans la région. Après consultation du guide, nous en trouvons un  à 9 kms. Nous nous y rendons . "Le moulin du Rayol" à Lavilatte.( 15,40ttc) Il est situé dans le fonds d'une vallée où se trouve une rivière " le Rayol" , je suppose. Il s'agit surtout de mobilhomes, étagés , face à une forêt. Les campeurs de passage semblent y être plus rares. L'accueil du camping est aussi un bar qui fait la petite restauration. Pas de village .  Nous y resterons une nuit avant de rejoindre la prochaine étape prévue , elle, dès le départ où j'ai d'ailleurs téléphoné pour réserver 2 ou 3 nuit à partir de demain.
Ici, par contre, Tranquillité assurée .
Chemin forestier aussi de l'autre côté de la rivière pour le plus grand plaisir de Yuli.
Nous mangerons des spaghettis ce soir avec de la sauce maison !
L'orage gronde , le ciel s'obscurcit. Aurions -nous enfin droit à un orage  alors que depuis notre départ nous n'avons eu que quelques gouttes ?
Comme l'orage à nouveau nous tourne autour sans éclater, je me  risque à faire la cuisine dehors . Aucun souci, pas de pluie!
Quelle différence au niveau des sanitaires! Pas d'eau chaude pour la vaisselle et robinets qui fuient, endroit plus que vétuste.
 Les cuvettes de Wc sont propres. Quant aux douches que nous avons payées 1 par personne, j'attends le verdict de Jean avant d'y aller.  
En fait contrairement à ce que laissait penser les éviers pour la vaisselle, les douches sont grandes, propres et nous avons eu de l'eau chaude à volonté.
Il a plu une grande partie de la nuit.

Mercredi 24 juillet départ à 10 heures après la promenade du chien.
Nous avons d'abord suivi les "gorges" du Rayol avec des paysage typiquement ardéchois de la haute Ardèche pour ensuite, après une descente à 10% pendant 9 kms, tomber sur la rivière "Ardèche" et suivre son cours jusqu'à  Aubenas. Inutile de souligner les superbes paysages qui se sont offerts à nous .
Ensuite nous avons franchi le Rhône en direction de Gap pour rejoindre le camping municipal de Sainte Jalle (35 emplacements 15,50€ ttc) mais peu d'ombre. Nous avons appris qu'en fait jusque l'an dernier , ce camping était ceint par de hauts peupliers qui ont été abattus en automne car la plupart étaient malades.
Les emplacements sont délimités par des haies de 2 m.
Au plus chaud de la journée , 32° à l'ombre et 37° dans le camion. Heureusement, il y a beaucoup d'air. La préposée du camping qui tient aussi une petite buvette nous a signalé qu'il devrait faire plus frais la nuit.
Nous allons partir ce soir en reconnaissance dans le village qui est tout près.
Nous avons pris notre repas du soir dans une crêperie . Bien mangé mais terrasse encore exposée au soleil donc assez chaud. Prix corrects pour une galette + une crêpe + café mais pas bon marché.
Nous prenons notre douche le soir puis nous lisons pour profiter de la fraîcheur nocturne.
Une fois refroidis :-) nous allons nous coucher . Température satisfaisante pour dormir. Au réveil +/- 18°. Sanitaires corrects et suffisants

Jeudi 25 juillet  petit déjeuner à l'ombre de la haie , promenade trempette du chien, repos, lecture, diner baguette, lecture, trempette dans la piscine ( enfin, quel bonheur , au diable les complexes, 1 h au frais...), retrempette du chien dans le ruisseau. Essai de sauter comme une gazelle de galet en galet pour traverser le ruisseau à sec. 57 ans et 100 kgs , elle est loin la gazelle et zwip...boum...par terre , le cul dans l'eau et la gadoue (un genre de terre glaise). Pas de mal (quelques bleus supplémentaires sur la fesse et nettoyage du pantalon ). Toujours même température ! Chaud.
Souper dans un autre resto, grande terrasse à l'ombre, bien mangé pour 18 par personne.
Douche, lecture refroidissante, dodo au frais

Vendredi 26 juillet  idem que la veille mais avec un trempette matinale pour moi de 11h à midi dans la piscine et dernière découverte vélocipèdique/photos du village pour Jean, puis petit apéro "panaché" à la buvette.
Retrempette vers 16 h et promenade du chien + trempette de Yuli dans le ruisseau mais sans moi :-)
Souper avec les Français de St. Étienne dont nous avons fait la connaissance (Jean Daniel et Hélène) . Bonne soirée , couple très sympa, de notre âge qui tiennent absolument à nous faire découvrir leur région et qui nous ont fermement invités chez eux. Chose promise, nous y passerons l'an prochain.

Samedi 27 juillet , 10 h15, nous quittons le camping municipal où malgré le peu d'ombre, nous nous sommes finalement bien plus.
Nous descendons vers le Verdon encore plus au sud (144 kms à effectuer ). Nous ne nous lassons pas des paysages qui s'offrent à nous. Beaucoup de routes sinueuses de montagnes avec des vues à couper le souffle au départ comme à l'arrivée.
Il fait extrèment chaud sur la route. Nous faisons juste un arrêt ravitaillement au supermarché sur notre route Nous mangerons une fois arrivés à notre nouvelle destination.
14h 30, après avoir traversé le village de Saint Martin de Bromes en repliant les rétro (rue très étroite) , nous effectuons une dernière montée mais non des moindres sur 500 mètres pour rejoindre la camping" le bleu lavande". Nous apprendrons en fait qu'il s'agit d'un morceau du GR4 qui vient d'être macadamisé . La pente est très raide.
Personne à l'accueil avant 16 h.  Nous joignons un responsable par téléphone qui nous dit de nous installer n'importe où et que nous ferions les formalités plus tard. Nous n'avons que l'embarras du choix car les 20 emplacements sont libres. À l'aide de notre boussole nous déterminons celui qui nous conviendra le mieux et sera le plus ombragé dans l'après midi et la soirée.
Nous étions convaincus d'avoir fait la réservation par courriel mais la propriétaire qui vient nous trouver à 16 h n'a rien reçu , par contre, après vérification, elle nous confirme qu'elle a bien reçu notre acompte.
Chaque emplacement possède l'électricité , l'eau courante et une évacuation pour les eaux salles et, par jour, revient, avec le supplément pour le chien (2.50) à 21,90 TTC.
Il fait environ 32 °, mais il a du vent. Et comme le camping est situé sur les hauteurs, il est très aéré .
Il y a un restaurant dans le village et nous nous y rendons vers 19 h (à pied avec le chien pour moi et à vélo pour Jean). Bien mangé . Menu à 19 . Nous y prendrons nos quartiers d'été le soir :-). Petite place ombragée par un gros arbre avec une fontaine ( le resto s'appelle d'ailleurs " La Fontaine")
Le retour est ardu! Dieu que ça grimpe ! Et à vélo, même électrique , c'est tout aussi dur ! On aura brûlé les calories du dessert au minimum :-)
Douche, lecture, calme, dodo

Dimanche 28 juillet , petit déjeuner en plein air comme tous les matins.
Promenade éreintante avec le chien mais courte ( ça monte grave partout ici).
Pour la première fois, nous décidons de prendre le camion pour visiter la région.
Pour cette première journée, notre choix se porte sur le village de Sainte Croix du Verdon, qui surplombe un très grand lac formé par le Verdon . Nous trouvons à nous garer sur le parking dévolu aux campings-cars. Une place, la dernière nous attendait. La plupart des gens campent à cet endroit sur le tarmac, camion contre camion, certains les plus chanceux ont pu trouver une place en bordure du camping avec vue sur le lac en contrebas. Que je savoure notre camping sur les hauteurs dans le calme !
Nous visitons le petit village et jouissons du panorama qui s'offre à nous . Que c'est beau ! Quel cadre magnifique.
Nous nous installons à une terrasse " la taverne du lac" et dégustons une Leffe ruby . Cet établissement propose un très grands éventail de bières belges (au minimum une cinquantaine) de l'Orval en passant par la gueuse et la Chimay .
Comme il est passé midi, Nous y prenons aussi un sandwich toujours en contemplant le lac et ses alentours.
Retour au camping à 14 h. Sieste pour moi, lecture pour lui.
Toujours temps chaud mais avec beaucoup de vent en rafale ce qui rend cela très agréable. Le ciel est plus nuageux qu'hier où c'était le grand bleu mais rien de menaçant.
Yuli est évidemment de toutes les aventures !

Lundi 29 juillet  5h30 , ça y est , nous avons eu droit à notre orage pendant la nuit! Et quel orage ! Festival d'éclairs de toute part avec grosses bourrasques de vent . Le camion tanguait comme si nous étions en pleine mer ! Surprenante expérience !
Cela a duré une bonne demi heure avec une pluie plus que battante.
Il faut dire qu'hier soir, le ciel au nord était éclairé sans cesse mais nous n'entendions aucun coups de tonnerre.
Aucun dégâts pour nous.
Par contre les auvents des bungalows en face ont dégusté ainsi que plusieurs villages qui ont vu des arbres arrachés ou cassés avec les conséquences que cela entraîne .
Ce matin, il fait frais et le soleil a fait sa réapparition
Nous reprenons le camion car nous ne pouvons pas manquer d'aller dans les Gorges du Verdon. Nous arrivons d'abord dans l'un des plus beaux villages de France "Moustier  Sainte Marie"  accroché à la falaise et qui justifie bien son appellation de plus beau village.
Nous laissons le camion sur un parking pour les autocars en contrebas ( ce qui nous vaudra un avertissement policier à notre retour) et nous montons vers ce village qui ne manque pas de charme et nous permet de réaliser quelques belles photos . Le temps de visiter, de manger un sandwich et une glace et nous redescendons vers le camping car, toujours en compagnie de notre fidèle toutou évidemment .
Nous laissons derrière nous le village pour prendre un des itinéraires qui longe les gorges qui sont fantastiques. Nous avons évité de prendre la route des crêtes car avec notre camion, ce n'est pas évident et la route prise est déjà très sinueuse et pas très  large à certains endroits ce qui vaudra quelques suées à Jean quand j'aurai pour un court instant le volant.
Paysage d'une beauté indescriptible avec tout dans le fond l'eau bleue du Verdon en partant du lac qu'il forme à un moment, le lac de Sainte Croix ! À voir absolument . Ça vaut bien le détour et quelques suées ! Par contre impossible de trouver un endroit pour se garer avec le monstre car tous les parkings sont pris d'assaut. J'ai pris les photos en roulant puisque comme passagère, j'étais du côté de l'à pic !
Retour , remise en place  du camion sur notre emplacement et règlement de notre location . Nous partons le lendemain suite à mon problème d'œil et à l'impossibilité d'obtenir un RDV d'urgence dans la région malgré de nombreux coups  de fil.
Nous redescendons à pied vers "notre restaurant" où nous avons reçu chaque jour bon accueil et où nous avons fait bonne chair. Le ciel est d'un bleu profond, lavé par l'orage du matin, sur lequel se détachent le clocher et la tour du village, le tout se mariant avec le vert de la végétation (on voit bien que le printemps a été pourri car la végétation ne souffre pas de dessèchement).
Hier, les cafés avaient été offerts. Aujourd'hui en plus de nous offrir le café nous avons eu droit au digestif, la farigoulette, liqueur à base de thym.
Nous reprenons vers 21 h 45, dans la pénombre, mais aussi la fraîcheur, notre "ascension" vers le camping aidés par la farigoulette ;-).
Douche, lecture, dodo ...

Mardi 30 juillet dernier petit déjeuner dehors avec notre vue imprenable puis on replie.
Ensuite trouver notre destination pour l'étape car le seul resto de l'étape prévue à Journans est fermé le mardi . Comme je souhaite m'arrêter à Langres pour la 2ème étape, il ne faut pas monter trop haut. Finalement armés des guides et des cartes, nous arrêtons notre destination sur Saint Didier sur Chalaronne , en dessous de Mâcon (430 kms par autoroutes que nous privilégions cette fois tjs à cause de mon problème de vue). Il s'agit d'un camping municipal 3 étoiles mais aucune indication sur une possible restauration . On verra et puis, il y  a de quoi mieux que  survivre dans le camion si nécessaire .
Le temps est toujours aussi beau .
Arrivée à 17 h. Beau camping (16.60 TTC avec chien à  1,5 ). Emplacement herbeux situé entre 2 petits cours d'eau. Il y a un restaurant donc plus de problème pour le souper.
On se pose.
Conduire avec un seul œil demande une attention constante et fatigue plus vite.
Vivement le soir qu'on se couche.
Yuli lui a mangé et est déjà couché, savourant  l'herbe tendre et généreuse !
Nourriture simple et pas chère qui nous a permis de nous rassasier avec plaisir.
Retour à plat dans le camping ....sans monter   ! Le bonheur !
Douche, lecture, dodo et seulement 220 kms jusque Langres demain .
Ensuite 370 kms et maison !

Mercredi 31 juillet  nous partons à 10h30 après le petit déjeuner et la promenade du chien. Jean conduit seul car  je ne peux me permettre de conduire avec un œil défectueux. C'est très fatiguant et demande une attention de tous les instants car la vision est déformée .
Nous nous arrêtons vers midi pour manger et nous sommes à 14 h au camping  le Navarre dans la citadelle à Langres ( 16 € TTC) sanitaires très modernes accessibles seulement avec le code délivré lors du règlement de la facture. Pas de réception ( seulement à 17 h ) et beaucoup de places encore disponible. Il n'y a pas d'emplacement défini et chacun se met où il veut. Déjà quelques caravanes de Hollandais sont installées.
Nous nous plaçons puis nous allons faire  un tour dans la vieille ville qui à part ses remparts ne recèle rien d'exceptionnel. Il semble que ce soit la ville de Diderot. Sa statue trône sur une place et plein de commerces y font référence .
Nous cherchons un resto proche du camping où nous pourrons prendre le repas du soir. Nous allons nous renseigner à l'office du tourisme. On nous confirme qu'il y a peu de restos dans la vieille ville et qu'ils sont pour la plupart excentrés donc pas accessibles pour des piétons au départ du camping.
Nous en avions repéré un et dans la brochure il apparaît en second. L'Hotel de la poste qui propose deux menus ( à 19,5 et à 29,5 ). Nous  y réservons une table et y prenons le repas à 19,5 qui ne nous a pas déçus.
Vers 17 heures, le camping s'est  rempli de Hollandais et au restaurant, les quelques tables occupées le sont aussi par des hollandais. Il semble que Langres soit leur ville étape privilégiée.
À 18 h 30, nous avons été conviés  à une démonstration de tir à l'arquebuse par des habitants en habits d'époque , devant la tour Navarre qui donne son nom au camping. Petite frayeur pour Yuli, car cela fait un sacré bruit.
Après le souper, retour au camping qui est rempli de holl..., douche, lecture, dodo...dernière soirée de notre périple estival qui fut bien rempli et riche en découvertes , tout cela sous un généreux soleil qui nous a permis de prendre tous nos repas dehors pendant 4 semaines. Tout s'est bien déroulé, rien à regretter, que du bonheur."

§§§§§

     Je reprends le guidon. 
     Le 1er août dans l'après-midi, nous étions à la maison. Aucun incident mécanique à l'aller ou au retour. Par contre, mon épouse a eu moins de chance. Le 2 août, après l'examen ophtalmologique du matin, elle fut opérée en urgence dans l'après-midi à Bruxelles : décollement de la rétine de l'oeil droit.


Quelques photos :


Yuli alias Youyou


Bergerac




Sarlat


La mairie de Corrèze


En route vers Thiezac
Petit déjeuner à Thiezac


Restaurant La Fontaine
Vallée de Saint Martin de Bromes

Le lac du Verdon
Les gorges du Verdon
Camping La Bedisse



Sainte Jalle
Les restaurants de la Citadelle
La Citadelle de Blaye


Repas en famille à Blaye
Les arquebusiers de Langres
Camping Le Navarre à Langres