Mon logo

Mon logo

19 novembre 2012

Le dernier round du mois d'août


     
     Le lundi 6 août vers 13 h, fin prêts, nous prenons la route, cap cette fois vers le sud-ouest. Le ciel est très nuageux, pluies éparses. Nous passons par Albert et ses grandes plaines vallonnées, griffées par les lignes de front de 14-18, jalonnées de mémoriaux et de cimetières au souvenir de ces boucheries dantesques de celle qu'on a appelé la Grande Guerre. Vers 17 h, nous arrivons aux portes du Camping Municipal de la Minière à Forges les Eaux (76440), dans le département de la Seine Maritime, à la porte de la Normandie. Bon accueil, bel emplacement, sanitaires corrects. Nous nous sustentons au restaurant La Crèperie (niveau moyen) où nous dégustons un excellent cidre rosé "Ecusson" bien frais.
Nuit calme et fraîche, temps sec.

     Le 7 août, vers 10h30, par temps sec et sous un ciel nuageux, nous démarrons sans nous douter que nous allons connaître des « émotions inoubliables ». Vers 11h30, à Rouen, sur le périphérique en ville, soudain sans avertissement valable, nous nous retrouvons engagés dans un tunnel dont le plafond frôle et touche le toit du camion. Le bruit fut effroyable ! Mon épouse et moi crûmes que les dégâts étaient à la mesure du tintamarre. Arrêt d'urgence pour constater que seule l'écoutille est éraflée, légèrement ! 
Si vous circulez par là, faites attention à ces multiples tunnels dont parfois la hauteur n'excède pas 1m70. Pour ma part, j'éviterai ce tronçon dans l'avenir, pour m'épargner ces overdoses d'adrénaline. 
Par malheur, 170 km plus loin, dans un gros village, Lignières-Orgère, je me retrouve bloqué dans une de ses petites rues par un poids lourd en cours de déchargement. Obligé de monter sur le trottoir, j'érafle
Gué Saint Léonard, Mayenne
la jalousie du camion sur un relief d'une façade (pas de dégât, juste un nouveau coup de chaleur!). Enfin, vers 16h30, nous arrivons au camping Intercommunal de Gué Saint Léonard à 53100 Mayenne. 
Le camp est vaste avec de beaux emplacements et équipé de sanitaires complets et propres. Le soir, il y a des animations plutôt réservées au 3ème, voir même le 4ème âge  :-)). Au centre ville, à 2,5 km, nous nous faisons plaisir dans l'excellent restaurant Le Continental. Un bien fou après ces grosses frayeurs.Nous décidons de rester une journée de plus.

     Le 8 août, le temps est splendide, grand bleu, chaud. Le camping s'avère bruyant : va et vient incessant, piscine très appréciée et fréquentée, tondeuses matin et après-midi, tracteurs dans le voisinage, pleine de jeux et le soir les animations citées ci-dessus. Nous qui aspirions au calme nous fûmes servis. Nous ne pouvions malheureusement pas utiliser les transports en commun, les chiens (sauf de poche) ne sont pas admis dans les bus de la RATP. Et comble de malchance, mon vélo connut des problèmes d'assistance électrique. Conclusion : bloqués dans le camp. Et last but not least, comme une cerise sur le gâteau, je découvris que j'avais égaré ma carte Visa, sans doute la veille au soir au restaurant. Comme quoi le 7 août de l'année 2012 restera gravé dans nos mémoires :-((  Je ne vous cacherai pas que l’idée de rentrer au bercail m’a traversé l’esprit.

Bois du séminaire, Quimper

     Le 9 août vers 10 h sous un ciel bleu, on pointe le nez vers la Bretagne intérieure.  A 14 h, nous arrivons au camping Municipal du Douric à Pontivy. Le camp est petit (23 emplacements), sanitaires proportionnels (2 douches, 2 WC) et pas très propres, situé en bordure du canal Nantes-Brest très connu des cyclotouristes et tout proche de la vieille ville. Il fait chaud. Nous faisons connaissance avec notre voisine, une dame de notre âge,  qui adore voyager seule en vélo. Elle est en route vers Bordeaux, à plus de 500 kms ! Malheureusement, nous avons aussi des voisins bruyants qui chahutent à la nuit tombée. Le lendemain 10 août, au matin, la gendarmerie est en visite dans le camp, suite aux plaintes déposées par la plupart des campeurs pour tapage nocturne. Sauf nous, grâce à Quies et ses boules ! Nous hissons la grande voile et à 11 h nous appareillons, direction Quimper, où nous arrivons vers 15 h au camping Bois du Séminaire. Très bien équipé, très calme,  nous avons le choix entre de vastes emplacements. Le ciel est bleu, il fait chaud. Le centre ville est située à 15 minutes à pied. La ville est belle, fleurie.
Quimper,  belle ville fleurie

On peut y circuler aisément en vélo non assisté (terrain plus ou moins plat). Nombreuses possibilités de se désaltérer et se restaurer. Nous vous recommandons une bonne table, "la Fleur de Sel" et une excellente crêperie, "Sainte Catherine", à 500 m de la Cathédrale.

     
Boum ! Réparation de fortune...
     Le 12 août, à 10h45, sous un ciel nuageux, en quittant notre emplacement, j'accroche par l'arrière un petit piquet et casse et arrache à gauche le cache feux de signalisation du camion ! La série noire continue ! On rafistole, les feux fonctionnent et on repart vers 11h45. A 13 h arrivée au camping de Kergo à Ploëmel (recommandable) et nous nous parquons sur le premier emplacement trouvé. Le temps est sec et le ciel est couvert. Le 13 août, nous changeons d'emplacement pour nous fixer dans une zone plus dégagée du camp, qui s'avère très vaste. Fin de matinée, avec notre chien Yuli, nous prenons le train "Le Tire Bouchon" qui circule sur la ligne Auray - Quiberon. Nous longeons sur plusieurs kilomètres des véhicules quasi à l'arrêt sur l'unique route qui dessert la presqu'île. Nous comprenons alors pourquoi le train s'appelle ainsi ! Nous faisons un premier arrêt à Saint Pierre Quiberon et nous nous restaurons au "Le Cargo" (très bien). Fortes pluies. Notre deuxième arrêt est Quiberon, le pluie peu à peu s'atténue, une petite ballade et une bonne glace, et fin d'après-midi, nous rentrons au port, il fait sec.

     Le 14 août, départ vers La Rochelle vers 10h. Les deux campings que nous avions sélectionnés sont complets. A 16 h, nous entrons dans le Camping Municipal de Lagord, situé à plus ou moins 5 km du centre de La Rochelle. 
L'entrée du port de La Rochelle
Le camp est vaste et très bien équipé. Il est relativement calme. Le temps est chaud. Lagord s’avère être une ville dortoir moderne de La Rochelle. Le 15 août, après une nuit pluvieuse, au matin, sous la pluie, bien sûr avec notre chien Yuli, nous partons à pied vers La Rochelle. 

Peu à peu le temps s'améliore, le soleil revient et il fait chaud. Nous nous baladons dans la vieille ville, le port et les nombreux et vastes parcs. Très bonne restauration. Bonnes glaces. Fatigués, nous rentrons au camp en taxi (12,5 €). La nuit fut calme et pluvieuse.

     Le 16 août, nous quittons Lagord et rentrons (enfin) en Belgique. Nous empruntons cette fois les autoroutes.

     Bilan : vous l'aurez sans doute compris, ce voyage ne fut pas le meilleur, loin s'en faut !
Trop d'incidents et d'émotions, trop de tumulte, un temps trop maussade. Par contre, nous avons découvert trois lieux remarquables : Quimper, la presqu'île de Quiberon et La Rochelle. 

02 août 2012

De la pétillante Champagne aux fiers massifs des Hautes Alpes


     Le 11 juillet et malgré de mauvaises conditions climatiques dans cette partie de l'Europe, nous quittons la Belgique pour nous diriger vers le côté est de la France. Nous nous sommes fixés comme règles de ne pas emprunter les autoroutes payantes durant ce voyage et de choisir des campings de préférence municipaux. Comme dans la fable bien connue, nous nous glissons dans la peau de la tortue : pas d'empressement, de courtes étapes et arrivée à l'étape choisie avant 16 h (partir à point, sans courir, merci Jean de La Fontaine).

Première étape : Camping Municipal d'Epernay, département de la Marne et région Champagne-Ardennes. Note d'appréciation : bon. Bien situé en bordure de la Marne, il n'est pas loin du centre ville. Y circuler en vélo n'est pas aisé, rien n'est prévu pour la petite reine. La météo : ciel chargé, pluies intermittentes, vent fort, nuit calme.

Camping du Fraiteux
Le 12, nous nous dirigeons vers le département des Vosges, région Lorraine : Camping du Fraiteux à Plombière les Bains. Note d'appréciation : très bon. Il est situé au-dessus de la jolie petite ville thermale, nichée dans une belle vallée. Météo : éclaircies et fortes pluies. Le feu d'artifice du 14 juillet fut reporté. La pratique du vélo demande du muscle ou une assistance électrique!

Le Cul de la Lune
Le 15, départ pour Morteau, dans le département du Doubs, région Franche-Comté, en plein coeur du massif du Jura. Nous larguons les amarres dans le camping Le Cul de la Lune (ça ne s'invente pas!). Note d'appréciation : bon. Sanitaires valables et pas mal d'emplacements assez grands non séparés. En bordure de la ville, on peut s'y rendre rapidement à pied. Terrain plat ou presque. Permet de faire un peu de vélo sans trop de mal. Morteau doit sa renommée nationale à la saucisse du même nom. Rien à voir avec le nom du camp! Météo : ciel dégagé, chaud, nuit calme.

Les Georennes
Le 17, en route pour Champfromier dans le département de l'Ain (en bordure du département du Jura), région Rhônes-Alpes et son camping municipal Les Georennes. Note d'appréciation : (très) bon. Situé au-dessus de Champfromier, il offre de grands emplacements pour la plupart abrités sous les arbres. Sanitaires propres et suffisants si pas trop de campeurs. Le village est petit et il fait bon y vivre. Nous vous recommandons une bonne table façon pension de famille : Hôtel Restaurant La Rivière. L'accueil est très chaleureux. La cuisine est bonne et d'un prix étonnant : 12,50 € pour entrée, plat, plateau de fromage, dessert et café !! Les vins régionaux sont agréables, en plus. Ici aussi, les vélos font travailler les mollets (vive l'assistance électrique). Météo : ensoleillé, quelques nuages, sec, nuit calme.

Le 20, nous changeons un peu notre programme en nous dirigeant vers Aussois et son camping "La Buidonnière" dans le département de la Savoie, région Rhône-Alpes. C'est un endroit que nous connaissons très bien. Pour plus d'infos, voir notre billet du 1er novembre 2011 (point 3). Notre note d'appréciation se voit dégradée par rapport à l'année dernière: les sanitaires de la partie basse du camp sont encore plus détériorés, l'équipement électrique est nettement insuffisant, les emplacements sont mal délimités. Tenant compte du prix de la nuitée, notre note sera donc : insuffisant. 
Météo : ciel couvert, un peu de pluie, nuit calme.

Le Galibier au fond
Croque Loisirs
Le 21, nous nous lançons dans l'ascension de cols bien connu des cyclos : dans l'ordre le Télégraphe, le Galibier, le Lautaret ! Malgré sa taille et son poids, notre Ducato les avale facilement. Nous voulons et allons atteindre le Camping " Croque Loisirs" à Puy Saint Vincent dans le département des Hautes Alpes, région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Le cadre naturel est superbe, majestueux. Le camp est manifestement tenu et organisé et occupé par des hollandais, surprenant. Cela dit, malheureusement pas conçu pour accueillir des  grands véhicules comme le nôtre, le camp est impeccable, les sanitaires sont nickels. Avec un "chausse-pied", nous arrivons néanmoins à nous caser, sans casse. Météo : ciel bleu, chaleur, nuit calme.

Camping de la Casse
Au coeur de Prapic
Le 22, suivant la carte, notre prochaine destination se situe à quelques dizaines de kilomètres à vol d'oiseau, mais à 180 km par la route. Pour l'atteindre nous devons en effet contourner le massif montagneux ! Nous y allons et nous dirigeons vers le Camping de la Casse collé à Prapic (Orcières) au bord de la réserve et du parc national des Ecrins, département des Hautes Alpes, région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Note d'appréciation : insuffisant au niveau des sanitaires et de l'équipement électrique. Prapic est un cul de sac et pour y accéder on doit emprunter une étroite départementale (quasi un "chemin de mules"). Prapic est le point de départ pour les randonnées dans le parc national, très fréquenté.  Le coin est superbe et le village possède deux points de petite restauration : l'Auberge La Sablière et l'Auberge Papricoise. Comme la veille, la pratique du vélo est pour nous impossible et de surcroit le parc est interdit aux animaux domestiques, aux chiens en particulier (même tenus en laisse). Repos.
Météo : ciel bleu, peu nuageux, chaud, nuit calme.

Le 23, on démarre et se dirige vers un camping que nous avions découvert la veille, en cours de route : le Camping du Château à Chabotte. Nous nous y étions arrêtés quelques instants pour vidanger nos eaux sales et remplir notre citerne d'eau potable. Nous y avions été accueilli par un couple charmant de personnes très âgées, aimables et serviables. Le camp paraissait sympa, bien situé en plaine. Nous pensions nous y mettre à couvert pour un jour ou deux.
Pffffff
Las, à quelques encablures de Prapic, à basse vitesse, brusquement un bruit anormal surgit du dessous du camion. Arrêtés, nous devions constater l'anéantissement d'un des pneus arrières. A l'achat, notre véhicule était livré avec un kit de réparation rapide en cas de crevaison simple, à défaut d'une roue de secours. On m'avait conseillé d'en acheter une. Je ne l'ai pas fait (cela n'arrive qu'aux autres, n'est-ce-pas). Résultat : irréparable sur place, complètement bloqués sur cette route minuscule!
On charge le Ducato
Via notre assureur, couvert par une assistance, nous fûmes dépannés par un garagiste de Gap (à 50 kms), qui a chargé notre véhicule sur son camion et nous a conduit chez lui, pour la réparation. Durant le trajet, ce monsieur bien sympa nous a documenté sur sa région. Vers 16 h, tout était remis en ordre (deux nouveaux pneus à l'arrière) et dans la soute,  une roue de secours!!
Yuli devant le Massif de la Ceüse
Un peu fatigués après toutes ces émotions, nous avons choisi au hasard et à proximité le Camping bar/restaurant La Motte Flottante à la Freissinouse, petit hameau situé à une dizaine de km au-dessus de Gap, au bord d'un petit lac, aux pieds du Massif de la Ceüse. Superbe!
La Motte Flotante
Le camping est très bien équipé en sanitaires, avec de beaux emplacements ombragés et le bar/restaurant vaut le détour pour son cadre, sa terrasse et sa cuisine. Note d'appréciation : très bon. De plus, nous pûmes décrocher les vélos pour visiter les environs.

 Les conditions météos étaient excellentes. Un parfum de paradis!

Le 25, on se tourne vers le nord et nous mettons le cap sur le Camping Municipal de Journans, département de l'Ain, région Rhône-Alpes. L'accueil fut excellent. Les emplacements, préparés avec du fin gravier (net, propre) sont grands et ombragés. Ils sont disposés en gradins et sont facilement accessibles pour notre motorhome. Les sanitaires sont propres et corrects. L'équipement électrique est correct. Petit bémol, temporairement, la vidange des eaux sales est impossible, le collecteur est hors-service.Note d'appréciation : (très) bon.
Le Petit Campagnard
Journans est légèrement en contre-bas, à environ 500 m, par les vignes et les potagers. Nous y avons découvert un petit café-bar-restaurant, Le Petit Campagnard, que nous vous recommandons chaleureusement. Bonne table, bon vin, bonne chaire, sans oublier le bon accueil! Tout bon quoi.
Météo : ensoleillé, chaud, nuit calme.

La Peupleraie
Le 26, en direction de la Belgique, nous ne sommes pas pressés de rentrer. Nous faisons une dernière étape au Camping Municipal La Peupleraie de Vitry-le-François, département de la Marne, région Champagne-Ardennes. L'accueil est correct, les emplacements sont vastes et bien délimités, les équipements eau-électricité individualisés sont impeccables, les sanitaires sont vastes et propres. Note d'appréciation : bon. Le camping est situé en bordure de la ville, dans laquelle nous nous sommes correctement sustentés à la terrasse du Restaurant du Marché. Météo : ensoleillé, chaud, nuit calme.

Le 27 juillet, par beau temps, retour à la maison début d'après-midi (avant un orage). Un peu plus de 2500 km. Consommation moyenne : 11 litres (en respectant les limitations de vitesse, nous faisons des économies sur le carburant, et bien sûr pas de péages). Un seul incident : crevaison et déchirure du pneu, dépannage : achat de 2 pneus et d'une jante d'occasion.

Le mot de la fin appartient à notre compagnon canin Yuli. Il nous oblige à reconsidérer notre façon de voyager ! Impossible en effet de le laisser seul dans le camion. Il panique et essaye à tout prix de sortir. Bonjour les dégats ! Si on le laisse dehors, il se fait entendre (un peu trop). Conclusion (provisoire ?) : on le prend avec nous pour aller à pied au resto ou en ville, et nous utilisons nos vélos à tour de rôle pour nous ballader...








16 avril 2012

L'Hérault


Résumé :
  • durée du voyage : du 3 au 12 avril 2012
  • 2080 km d'autoroutes principalement (11,7 L/100 km, 78 km/h de moyenne)
  • 4 étapes : Châtillon sur Seine, Montoulieu, Bouzigues, Châlon sur Saône
  • 120 km en vélos (électriques)
  • la plupart du temps, climat sec et frais
  • pas d'incident technique

Commentaires :
  • Châtillon sur Seine : Camping Louis Rigoly. Bon accueil. Rénovation en cours : sanitaires provisoires. 
  • Montoulieu : Camping Le Grillon  Excellent accueil. Sanitaires suffisants et très propres. Bonne situation géographique. Belle région. Restaurant voisin à recommander, chaudement : L'Alzon (à 100 m du camping). Site à découvrir : Les Grottes des Demoiselles à une dizaine de km du camping. 
  • Bouzigues : Camping Lou Labeche  recommandé par Le Routard 2012. Très bon accueil. Beaux emplacements. Sanitaires impeccables. Très belle région. Restaurant à recommander : Le 29 - Chez Bruno à Bouzigues (bonne cuisine, accueil sympa), à 1500 m du camping.
  • Châlon sur Saône : Camping du Pont de Bourgogne Très bon accueil. Nombreux emplacements. Vastes sanitaires impeccables. Restaurant recommandé par Gault et Millau et par nous : Le Bistrot en ville ( seulement à 15 min de marche du camping).
  • L'Hérault : une très belle région. Paysages variés. Très calme. Nombreux villages et villes charmants. Bonnes tables. Très bons vins régionaux.
  • Circulation très fluide partout, un peu plus dense à hauteur de Lyon. Variations parfois importantes du prix du carburant suivant les régions et bien sûr suivant le réseau emprunté.
  • Notre nouveau compagnon Yuli le Beagle qui voyageait pour la première fois dans le camping-car, s'est très bien comporté (sauf le dernier soir où il a cisaillé en partie la ceinture de sécurité du passager avant !!).
  • Les vélos électriques se sont avérés être d'excellents achats. Avec eux,  nous avons des rayons d'action suffisants pour partir à la découverte, sans peine ni fatigue excessive. 

Une ou deux photos :

L'Alzon à Montoulieu
Les environs de Montoulieu
Les Grottes des Demoiselles
La Mairie de Montoulieu
Mon équipage